Compagnie in extremis

/ l'équipe


C    O   M    P    A    G    N    I    E
in 


/ la compagnie & ses artistes (associés)


Crista Mittelsteiner, conceptrice/ metteure en scène/ dramaturge/ traductrice

Originaire de Fribourg (Allemagne), Crista Mittelsteiner s’est installée à Paris en 1982.

En tant qu’assistante, elle a travaillé notamment avec Daniel Mesguich, Carlos Wittig-Montero, Stéphanie Loïk, Marc Liebens, Matthias Langhoff.

Crista Mittelsteiner a mis en scène Attente/Erwartung de Marie Pappenheim et Le Mort de Georges Bataille à Bruxelles, puis, au Théâtre Paris-Villette à Paris, désir & permis de circuler d’Elfriede Jelinek et qui porte mon nom par hasard (medea) d’après Heiner Müller/Euripide. Ensuite, Plus tard encore de Marguerite Duras au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris et, à Ajaccio, L’Homme assis dans le couloir de Marguerite Duras ainsi que Inquiétude au sujet de ma propre personne, esquisse musicale pour une Lettre au Père d’après Franz Kafka.

En Corse, elle a animé de nombreux ateliers de création en milieu scolaire, dont Nulle part n’est notre place (Les Suppliantes) d’après Euripide et Antigone(s), présentées au Théâtre Kallisté à Ajaccio, ainsi que des installations sonores.


En tant qu'interprète, elle a notamment prêté sa voix au 'Hörspiel' bilingue Correspondance, co-écrit par Elisabeth Gutjahr et Henry Fourès.

 

Elle a également enseigné au Conservatoire de Liège et a été chargée de cours à l’Université Paris 3 de 1999 à 2004. Depuis 1999, elle est chercheuse associée au CNRS/ARIAS à Paris. Elle a également été conférencière à La Cambre, Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels de Bruxelles. Depuis 2013, elle enseigne de nouveau à l'Université Paris 3 (esthétique théâtrale / LEA-allemand).

Crista Mittelsteiner participe régulièrement à des colloques internationaux et est auteure de nombreux articles dans les revues du théâtre, théâtre/public, Alternatives théâtrales, Théâtres en Bretagne ainsi qu’aux éditions du CNRS.

 

Par ailleurs, Crista Mittelsteiner a traduit, avec Marie-Luce Bonfanti, plusieurs pièces de théâtre qui ont été publiées chez L’Arche éditeur et Théâtrales. En octobre 2006, elle a été en résidence de traduction à La Chartreuse, Centre National des Ecritures de Spectacle, à Villeneuve-lèz-Avignon (Bourse du Ministère de la Communauté française de Belgique).

En 2008, Crista Mittelsteiner est lauréate de Culturesfrance/Villa Médicis hors les murs, avec un projet artistique sur l'auteur, metteur en scène  et peintre allemand Einar Schleef. Commence alors l'aventure passionnante autour de l'oeuvre de cet artiste exceptionnel : en janvier/février 2008, Crista Mittelsteiner est de nouveau en résidence à La Chartreuse pour terminer la traduction de Gertrud d’Einar Schleef – « monologue pour chœur de femmes ».

Lors du Festival d'Avignon 2008, dans le cadre des Rencontres d'Eté à la Chartreuse, elle initie et réalise une après-midi de découverte(s) autour de Schleef, intitulée J'étais là, mais le théâtre était parti. En automne 2008, au Festival International de la Littérature de Berlin, elle présente une lecture bilingue de Gertrud d'Einar Schleef avec les comédiennes Marie-Luce Bonfanti et Jutta Hoffmann, ainsi qu'un film documentaire sur Einar Schleef, Chaque mot par c(h)oeur, qu'elle a réalisé avec Anne-Marie-Gourier. Le film sera également présenté au Goethe Institut de Bruxelles et, dans le cadre de BLOCK II - in memoriam Einar Schleef, à Sangerhausen.  L'aventure continue avec une nouvelle lecture bilingue en mai 2011, où Marie-Luce Bonfanti et Jutta Hoffmann, accompagnées par le violoncelliste Guillaume Martigné, présentent Einar, pourquoi tu n'écris pas, d'après le récit La Mort du professeur de Schleef. Cette performance a lieu dans une scénographie constituée de peintures d'Einar Schleef au Musée Moritzburg à Halle et sera suivie, en juin 2011, d'une deuxième lecture à Bruxelles.

En octobre 2012, toujours en compagnie de sa complice Marie-Luce Bonfanti, Crista Mittelsteiner retourne à La Chartreuse pour une résidence d'écriture scénique de Gertrud.

En novembre 2014, elle coorganise le colloque international Matériaux et matérialité : par-delà le théâtre, en partenariat avec le Goethe Institut, la Colline - théâtre national, l'Université Paris 3 et la Humboldt Universität de Berlin.

En janvier 2016, elle est lauréate, avec Marie-Luce Bonfanti, de la bourse Elmar Tophoven pour traduire Droge Faust Parsifal d'Einar Schleef et part en résidence au Literarisches Colloquium de Berlin, situé au bord du Wannsee.


De 2001 à 2008, Crista Mittelsteiner a été conseillère artistique au Cifas (Centre international de formation en arts du spectacle) à Bruxelles.

De 2009 à 2011, elle a été directrice artistique du projet de coopération franco-allemand « Grenzgänger/OutrePasseurs » et du festival « nouveaux auteurs » à la Theater, Oper & Orchester GmbH Halle, en Allemagne.

Entre 2013 et mars 2017, elle a dirigé la collection Les Germanophonies aux éditions Le Ver à Soie.


Depuis avril 2017, elle est directrice artistique du festival international "diefestwoche" au Théâtre National de Meiningen, en Allemagne.



Marie-Luce Bonfanti, comédienne/ auteure/ traductrice


Premier Prix avec grande distinction du Conservatoire Royal de Bruxelles, elle a été l'élève d'Antoine Vitez au Conservatoire National Supérieur d’Art dramatique de Paris de 1975 à 1978.

Depuis 1971, elle poursuit une carrière de comédienne au théâtre, à la télévision et au cinéma, tant à Bruxelles qu'à Paris.

En 1988, elle a reçu le prix de la meilleure comédienne de l'année, l'"Eve du théâtre", pour sa prestation dans Oublier de Marie Laberge, mise en scène de Jean-Claude Drouot au Théâtre National de Belgique.

Au théâtre, elle a notamment travaillé avec Antoine Vitez, Michel Dubois, Carlos Wittig-Montero, André Steiger, Arturo Corso, Derek Goldby, Marc Liebens, Jean-Claude Drouot, Philippe van Kessel, Stéphanie Loïk.

Parmi ses derniers spectacles : All Souls de Daniel Keene, mise en scène Marcel Delval, Théâtre Varia, Bruxelles ; Inquiétude au sujet de ma propre personne d’après Franz Kafka, mise en scène Crista Mittelsteiner, Théâtre Kallisté, Ajaccio ; Finale d’après Emile Zola, une performance sous la direction de Robert Pacitti, Bozar - Palais des Beaux-Arts, Bruxelles.


Après des études à la Cambre à Bruxelles, elle a créé de nombreuses scénographies et costumes pour le Rideau de Bruxelles, le Théâtre National de Belgique, le Théâtre Royal flamand de Bruxelles, le Théâtre de l'Alliance...


Marie-Luce Bonfanti est également auteure de pièces de théâtre et de nouvelles, dont plusieurs ont été primées. Elle vient de terminer son premier roman policier, Mise en abyme, d'après l'Amphitryon de Kleist.


Elle a traduit la Médée d’Euripide et co-traduit avec Crista Mittelsteiner plusieurs pièces de théâtre, dont certaines ont été publiées chez L’Arche éditeur et Théâtrales. Auteurs traduits, entre autres : Manfred Karge, Marie Pappenheim, Elfriede Jelinek, Frank Wedekind, Heinrich von Kleist, Oliver Bukowski, Einar Schleef, Dirk Laucke...

Elle a, avec Crista Mittelsteiner, sa co-traductrice, obtenu la prestigieuse bourse "Transfert Théâtral" pour Gertrud de Einar Schleef, ainsi que l'Aide à la création et l'Aide au montage du CNT.

En janvier 2016, elle a été lauréate, toujours avec Crista Mittelsteiner, de la bourse Elmar Tophoven pour traduire Droge Faust Parsifal de Einar Schleef.


En tant que pédagogue, elle a dirigé plusieurs ateliers sur le jeu d'acteurs au Conservatoire Royal d'Art Dramatique de Liège.

En Corse, elle a animé de nombreux ateliers de création en milieu scolaire, dont Nulle part n'est notre place (Les Suppliantes) d'après Euripide et Antigone(s), présentées au Théâtre Kallisté à Ajaccio. Elle y dirigeait des ateliers d'écriture et de jeu scénique et signait le montage final présenté au public.

Au Théâtre Paris-Villette, elle a animé et mis en scène un atelier de jeu théâtral avec des élèves du Collège Georges Brassens, La Nuit, dont elle signait le montage et la conception visuelle.


De 2000 à 2008, elle a dirigé le Cifas – Centre international de formation en arts du spectacle – à Bruxelles, où elle organisait des stages de formation continue et des ateliers de recherche pour professionnels du spectacle, dirigés par de grands créateurs internationaux.



Agnès Belkadi, comédienne


Après une formation à Théâtre en Actes et à l'atelier d'Alain Ollivier, elle travaille sous la direction d'Emmanuel Ostrowski, Max Dénès, Jean Deloche, Dietrich Sagert, Dag Jeanneret, F. Macherey, Sophie Kokaj, Fabienne Gotusso, Florence Lavaud et Laurence Wagner avec qui elle interprète Racine, Claudel, Tchekhov, Duras…


Elle est membre du Groupe T'chang, dirigé par Didier Georges Gabily et joue dans ses créations Cercueils de Zinc, Enfonçures et Gibiers du Temps.


Elle est assistante à la mise en scène de Bruno Bayen pour Espions et Célibataires d'Alan Bennett au Théâtre National de Chaillot.


Par ailleurs, elle dirige des ateliers de formation au CDN de Montluçon, Narbonne et Melun Sénart.


Elle poursuit sa formation auprès de Dominique Féret, Christian Schiaretti, Olivier Py, Dominique Pitoiset, Stéphane Braunschweig, Jean-François Peyret, Jean-François Sivadier et Adel Hakim.


Elle fonde avec Ana Karina Lombardi la compagnie « Les Gazelles » et travaille avec elle à l’adaptation des Milles et Une Nuits, ainsi qu’à la direction de La perruque de Natalia Ginzburg. Dernièrement, elle a mis en scène La Musica Deuxième de Marguerite Duras à la Scène Nationale 61 d'Alençon.



Nadine Baier, comédienne


Suite à sa formation de comédienne au Conservatoire National Supérieur Dramatique de Paris, Nadine Baier travaille notamment sous la direction de Serge Lyszyc et de Françoise Merle.

Ensemble avec Ludmilla Daho, elle met en scène et interprète, avec la complicité de l'auteur, la pièce Misterioso 119  de Koffi Kwahulé. Ce spectacle est présenté au Jeune Théâtre National, au Théâtre Gérard Philipe à Saint-Denis et au Thalia Theater Halle.

En 2011/12, Nadine Baier est engagée en Allemagne, au Theater Ingolstadt.

Actuellement, elle travaille en tant qu'actrice indépendante à Berlin.


/ Autres artistes associés


Henry Fourès, compositeur

Jutta Hoffmann, comédienne

Frédéric Leidgens, comédien

Françoise Lepoix, comédienne

Guillaume Martigné, violoncelliste

Jean-François Ott, violoncelliste

Jean-Louis Méchali, compositeur & percussionniste

Eric Emo, photographe & plasticien

Maciej Fiszer, scénographe & vidéaste

Taher Chemirik, créateur de costumes & de bijoux

Anne-Marie Gourier, réalisatrice